Club Philatélique Briochin
Club Philatélique Briochin

Glais-Bizoin

après 17 ans d'attente, le timbre "GLAIS-BIZOIN" arrive le 15 Mars 2014, à SAINT-BRIEUC :

 


GLAIS-BIZOIN, père de la réforme postale et promoteur du réseau ferré

Si la Poste est aujourd'hui un véritable service public, elle le doit à un Costarmoricain Alexandre GLAIS-BIZOIN. Né à QUINTIN (22) en 1800 et décédé à SAINT BRIEUC en 1877, "c'est l'initiateur de la réforme postale", rappelle René HUGUEN, le président d'honneur de Club Philatélique Briochin.

Alexandre GLAIS-BIZOIN, homme politique, né à Quintin (Côtes d'Armor) en 1800,décédé à Saint-Brieuc en 1877. Après des études en Droit, il est avocat à Rennes et se lance très vite en politique avec, en 1830, une adhésion à la Révolution de Juillet dont il adopte dans tous ses engagements le principe de la « justice distributive ». Elu député de Loudéac (Côtes d'Armor) en 1831, il est constamment réélu jusqu'en 1848. Il est désigné Représentant du peuple àl'Assemblée Constituante pour le département des Côtes du Nord. Non réélu en 1849 il retrouve son siège au Corps législatif en 1863. Il s'oppose vigoureusement à Napoléon III dont il vote la destitution après la capitulation de Sedan. GLAIS-BIZOIN est l'un des « douze » qui proclament la République le 4 Septembre 1870 et devient ministre du Gouvernement de la Défense nationale.

Devant la menace des troupes prussiennes sur Paris, il est choisi comme délégué du gouvernement à Tours, bientôt rejoint par GAMBETTA pour organiser la défense du pays. Replié à Bordeaux il prend Emile ZOLA comme secrétaire. Non réélu en 1871, GLAIS-BIZOIN se retire en sa propriété de la Tour de Cesson à Saint-Brieuc. Il y décède en novembre 1877 après avoir publié un ouvrage historique sur la période de 1870-1871 : « Une dictature de cinq mois »

GLAIS-BIZOIN à été particulièrement actif dans les différentes assemblées où il a siégé. Deux questions notamment sont attachées à son nom. La réforme postale, un combat d'une dizaine d'années engagé en 1837 visant à établir la péréquation des tarifs, c'est-à-dire une taxe unique pour le port des lettres quelle que soit la distance à l'intérieur du pays. Développé en 1847 son projet de loi ne sera voté qu'avec la Révolution de 1848, alors que le directeur général des Postes est Etienne ARAGO.

Même détermination de GLAIS-BIZOIN pour les chemins de fer. Dés 1837 il prône que départements et localités concernés participent aux frais de construction. Souhaitant un principe d'égalité, il n'accepte pas que la Bretagne soit écartée du réseau établi en 1842, et il obtient les crédits pour qu'une ligne de Paris à Brest par Rennes desserve une région considérée comme inaccessible en raison d'un relief hostile. La ligne atteint Rennes en 1857, puis après de longues tergiversations sur les tracés, le train arrive à Saint-Brieuc en septembre 1863, avec Guingamp comme tête de ligne en attendant de toucher son point final à Brest en 1865.

René HUGUEN se bat depuis 17 ans pour l’obtention d’un timbre « GLAIS-BIZOIN ». A 94 ans et toujours aussi déterminé, il vient d’obtenir satisfaction. LA POSTE a programmé l’émission d’un timbre le 17 mars 2014 au tarif de 0.66 €

 

La paternité du timbre-poste

(extrait du site www.historepostale.com webmaster Florent MARTIN) un site à ne pas manquer de visiter

"On attribue communément l'invention du timbre-poste à Rowland Hill, un sujet de sa majesté né le 3 décembre 1795 à Kidderminster. Il sera l'un des fervents défenseurs de la réforme postale Anglaise et son nom restera dans les livres comme l'inventeur du timbre-poste, avec le "penny-black".
Mais cette paternité lui sera vite contestée, en effet l'un des premiers à imaginer le paiement de la taxe postale à l'aide d'un timbre sera un libraire et imprimeur écossais, James Chalmers, (1782-1853) en 1834. Trois ans plus tard, en 1837, suite au pamphlet intitulé "Post Office Reform: its Importance and Practicability "(la reforme postale, son importance et son application) ou Rowland Hill proposa une taxe d'acheminement du courrier de 1 penny par demi-once soit 15 grammes, James Chalmers lui envoya des spécimens de timbres adhésifs. Rowland Hill qui préférait les entiers postaux au timbre ne prêta que peu d'intérêt à ces timbres. James Chalmers proposa à nouveau l'utilisation d'un timbre en 1840, lorsque la loi sur la "Penny poste" fut adoptée et qu'un appel à la création d'une maquette fut lancé.

Ces propositions ne seront pas retenues, puis on oubliera son "invention" ou au moins sa "proposition" jusqu'en 1955, lorsque le célèbre philatéliste Anglais, Robson Lowe, retrouva une copie de la proposition de James Chalmers envoyée à Rowland Hill en 1837. Afin de réhabiliter son père, Patrick Chalmers publiera en 1889 un livre intitulé "James Chalmers Inventeur du timbre-poste adhésif, Nouvelles recherches sur le Projet de Sir Rowland Hill". En 1949, la petite fille de James Chalmers, Miss Leah Chalmers écrivit à son tour une brochure afin d'attribuer l'invention du timbre-poste à son grand-père.

En 1834, un autre éditeur, Charles Knight proposa l'utilisation d'une bande timbrée pour le paiement en avance de la taxe de distribution des journaux qu'il envisagea au prix de 1 penny.
L'inventeur du timbre-poste pourrait en effet être un Français, deux prétendants entrent en course. Tout d'abord, Jean-Jacques Renouard de Villayer (1607-1691), doyen des conseillers d'état sous Louis XIV, obtient en 1653 l'autorisation par l'ordonnance du 17 juin de Louis XIV, de créer un service de distributeurs de courrier des bureaux de poste directement aux destinataires. Le port des lettres de un sol devait être acquitté à l'aide d'un billet de port payé par l'expéditeur et non le destinataire comme de coutume à l'époque. Ce billet était vendu au palais de justice et devait accompagner le courrier, un second billet joint devait permettre de recevoir une réponse au message. Trop en avance sur son époque, ce projet disparaitra rapidement. Aujourd'hui, il ne reste malheureusement plus qu'un seul exemplaire de ces billets de port payé.
Le second Français pouvant prétendre à la paternité du timbre-poste est Alexandre Glais-Bizoin (1800-1877) ancien député sous Louis-Philippe et au début de la 2e République. Il fut député de Loudéac de 1836 à 1848 puis des Côtes-du-Nord en 1848-1849. Il proposa à la chambre en 1831 la création d'une "vignette" prépayée par l'expéditeur de la lettre, la chambre ne retiendra pas sa proposition.
N'espérez pas que je tranche et que je vous propose un nom parmi ces potentiels "pères", l'invention du timbre-poste est surement le fait de tous ces projets, mais il ne pourra voir le jour qu'après un fait marquant, la révolution postale, qui allait permettre la démocratisation des échanges postaux en réduisant considérablement les tarifs et en faisant payer la taxe par l'expéditeur."

 

 

Si la Poste est aujourd'hui un véritable service public,

elle le doit à un Costarmoricain Alexandre GLAIS-BIZOIN. Né à QUINTIN (22) en 1800 et décédé à SAINT BRIEUC en 1877, "c'est l'initiateur de la réforme postale", rappelle René HUGUEN, le président d'honneur de Club Philatélique Briochin, intarissable quand il évoque la mémoire de "cet homme attachant, en avance sur son temps". Jusqu'au milieu du 19e siècle "le prix d'acheminement d'une lettre était fonction de la distance. La tarification postale était très complexe et les envois coûteux". GLAIS-BIZOIN, lui, "s'est battu pour l'établissement d'un tarif unique, quelle que soit la distance, pour l'acheminement d'une lettre de même poids, dans toute la France". Républicain convaincu, l'avocat de formation, fils et petit-fils de négociant en toiles, qui deviendra parlementaire, a quand même dû plaider durant une décennie pour faire admettre sa proposition de loi finalement adoptée par la Chambre des Députés en 1847. "Il a essuyé de nombreux refus. Beaucoup l'on pris pour un fou" raconte René HUGUEN qui estime que si GLAIS-BIZOIN avait été écouté, la France aurait eu le timbre la même année que l'Angleterre. Les livres d'histoire ont retenu le nom de l'Anglais Rowland HILL comme précurseur de la poste moderne en 1839. Pourtant "GLAIS-BIZOIN est le véritable père de la réforme postale" affirme René HUGUEN. "Nous avons le droit et le devoir d'agir pour qu'il soit reconnu comme tel, comme il l'a déjà été par l'une des plus prestigieuses maison philatéliques, la maison Yvert et Tellier".
Député de LOUDEAC sous la monarchie de juillet (à partir de 1831), il participe à l'assemblée constituante de 1848. Réélu en 1869 dans le département de la Seine, il participera au gouvernement de défense nationale avec GAMBETTA qui proclama la troisième république en 1870
Conseiller municipal de SAINT BRIEUC, il décèdera dans son manoir de Cesson sept ans plus tard.

 

 

 

 

CLUB PHILATELIQUE BRIOCHIN
17 rue Bernard Palissy
22000 SAINT-BRIEUC

cpb22@wanadoo.fr

Téléphone : 06.45.36.52.28

nos réunions :

5 rue de la Gare

22000 SAINT-BRIEUC

__________

Devenir membre

Vous voulez devenir membre ?

Utilisez notre formulaire de contact
Nous vous attendons !